10 conseils pour réussir sa reconversion

10 conseils pour réussir sa reconversion professionnelle

Vous souhaitez changer de voie professionnelle et vous cherchez des conseils pour réussir votre reconversion ? 

Tout d’abord, je vous félicite d’avoir le courage de vous lancer dans un tel projet. 

En effet, la majorité des personnes préfèrent rester dans leur zone de confort inconfortable plutôt que prendre le risque d’une reconversion qui ne marcherait pas. 

Cela est bien dommage, car avec de la persévérance une reconversion bien préparée a de grandes chances de réussir. Et cela peut d’ailleurs vous mener à une vie professionnelle pleinement épanouie.

Vous trouverez ci-dessous mes 10 conseils pour réussir sa reconversion.

10 conseils pour réussir sa reconversion

1. Avoir un projet de reconversion mûrement réfléchi

On ne change pas de voie professionnelle sur à un coup de tête. 

Pour être réussie, votre reconversion doit être bien réfléchie. 

Listez ainsi toutes les raisons qui vous poussent à vouloir vous reconvertir.

Ensuite, vérifiez que votre projet de reconversion répond bien à toutes ces problématiques listées.

Dans un troisième temps, réfléchissez à tous les impacts que cela engendra dans votre vie.

Un changement de voie professionnelle impactera sûrement plus que votre vie professionnelle.

Selon votre projet, cela peut également impacter votre vie familiale, votre vie personnelle, vos finances…

Il s’agit donc de bien évaluer tous les impacts de votre projet de reconversion afin d’avoir bien conscience de l’aventure dans laquelle vous allez entrer.

Pour finir, je vous invite à noter la vision de votre projet professionnelle : votre pourquoi. 

Pourquoi avez-vous l’intention de vous lancer précisément dans cette voie ? En mettant par écrit cette vision, cela vous permettra, lorsque vous aurez des coups de mous, de la relire et ainsi vous rebooster dans votre démarche.
Pour plus de conseils sur cette étape, lisez mon article : Comment trouver son pourquoi ?

Vous l’avez compris, réussir sa reconversion passera donc par une grande réflexion sur les raisons poussant et justifiant ce changement de voie.

2. Se renseigner sur la voie à atteindre

Avant de vous lancer dans ce nouveau projet, je vous invite à faire fonctionner votre réseau.

Utilisez votre réseau pour discuter avec un maximum de personnes qui sont dans le domaine où vous souhaitez aller et/ou qui sont déjà passées par la reconversion que vous souhaitez faire. 

Si vous ne trouvez personne dans votre réseau, utilisez internet : intégrer des réseaux spécialisés, prenez contact sur LinkedIn…

Bref, partez à la recherche de toute personne pouvant vous éclairer sur votre projet et prenez contact pour échanger sur le sujet.

Il y en aura toujours qui ne vous répondront jamais, mais vous serez étonné du nombre d’inconnus prêts à échanger avec vous sur leurs expériences.

En échangeant avec toutes ces personnes, vous pourrez ainsi vous assurer que vous avez la bonne vision des aspects positifs et négatifs de votre nouvelle voie.

Vous pourrez également récolter de précieux conseils spécifiques à votre reconversion.

Pour finir, cela vous permettra de confirmer une fois de plus que votre projet de reconversion répond bien à ce que vous cherchez (votre ‘pourquoi’ défini plus haut).

Vous serez ainsi certains que cette nouvelle voie vous épanouira comme vous l’attendiez.

3. Faire le point sur ses compétences actuelles et à développer

Pour réussir sa reconversion, il est très important de faire un point sur ses compétences actuelles. 

Pour cela, notez sur un papier toutes vos expériences et les compétences associées que vous y avez développées. 

Ayez bien conscience de vos forces pour pouvoir vendre au mieux votre nouveau projet professionnel. 

Ensuite, concentrez-vous sur les compétences qu’il vous manque. 

Comment pourriez-vous les acquérir ? 

Il existe de nombreuses manières pour se former sur de nouvelles compétences : suivre des formations en ligne ou en présentiel, certifiante ou non (pensez d’ailleurs à votre CPF qui pourrait vous être fort utile pour le financement de formation certifiante), lire des livres spécialisés, faire du bénévolat…

L’objectif de vous former en amont est d’augmenter votre confiance en vous et vous faciliter l’accès à votre profession cible.

Cependant, vous pouvez également vous passer de formation et vous dire que vous apprendrez sur le tas. Vous seul êtes capable de savoir si une formation est obligatoire pour atteindre vos objectifs ou non.

Une fois que vous serez au clair sur vos compétences actuelles et celles que vous avez à développer, je vous invite à travailler votre pitch. 

Votre pitch correspond à quelques phrases décrivant votre nouveau projet professionnel et en quoi vous êtes la bonne personne pour le domaine que vous cherchez à atteindre.

C’est en étant clair sur votre pitch que vous réussirez à emmener votre entourage dans votre aventure. Par la suite, ils sauront vous apporter plus facilement le support dont vous aurez besoin dans les moments de doute. 

Si votre pitch est convaincant, vous devriez être capable d’emmener tout le monde avec vous pour réussir votre reconversion sereinement.

4. Planifier son plan d’action de reconversion réussie

Une fois que vous vous êtes décidé à changer de voie, pour mettre toutes les chances de réussite de votre côté, je vous conseille de mettre par écrit un plan d’action détaillé de votre reconversion. 

Pour élaborer votre plan d’action, basez-vous sur tous les conseils que l’on vous avez donnés lorsque vous cherchiez à en savoir plus sur la voie que vous souhaitiez viser (cf mon conseil numéro 3). 

Au besoin, reprenez contact avec certains ou cherchez de nouveaux contacts. Plus vous aurez de retour d’expérience, plus vous serez clair sur les différentes étapes à réaliser pour réussir votre reconversion.

N’hésitez pas à regarder s’il n’existe pas également des livres sur le sujet qui pourront vous aiguiller.

Dans votre plan d’action, veillez à bien partir de vos objectifs que vous daterez. Puis, remonter le temps avec toutes les étapes nécessaires pour atteindre ces objectifs dans le temps imparti. 

Datez bien précisément chaque étape.

C’est en datant chaque action que vous vous motiverez à avancer et que vous éviterez de procrastiner vos différentes actions.

Détaillez au maximum chaque action en sous-actions. 

Plus votre plan d’action sera détaillé, plus il vous paraîtra simple à mettre en place et plus vous avancerez vite dans ce dernier.

Une grande partie de la réussite de votre nouveau projet dépendra de la qualité de votre plan d’action.

Prenez, alors, bien le temps d’élaborer le plan d’action le plus détaillé et cohérent possible par rapport à vos objectifs.

5. Anticiper les risques d’échecs

Se reconvertir c’est se lancer dans l’inconnu et forcément cela fait peur. 

Afin d’éviter que vos peurs vous paralysent dans le passage à l’action, il s’agit d’anticiper les risques d’échecs. 

Ainsi, listez toutes vos peurs vis-à-vis de ce nouveau projet.

Puis, pour chaque peur, associez-y les risques d’échecs possibles. 

Pour chaque risque, définissez un plan d’action pour éviter que ce risque se réalise ou du moins diminuer la probabilité que le risque devienne réalité.

Soyez inventif : plus vous aurez d’actions, plus vous diminuerez vos risques d’échecs.

Il est possible que les actions identifiées ne permettent pas de passer le risque d’échecs à 0.

Dans ces cas-là, définissez également un plan B, au cas où ce risque arrivait tout de même. 

Un plan B ne veut pas dire laisser tomber votre projet de reconversion.

Cela signifie trouver vers quoi vous pourriez vous tourner pour continuer d’avancer dans votre projet. Votre plan B atteindra très certainement vos objectifs en un temps plus long que le plan initial, mais le plus important est d’atteindre vos objectifs, non ?

N’oubliez pas de bien prendre en compte le risque financier. 

Il est en effet important de bien prendre en compte l’aspect financier de votre projet et les risques associés pour ne pas vous faire surprendre.

Beaucoup de reconversions ne voient pas le jour, car le risque financier n’avait pas bien été évalué.

Il est donc important que vous évaluiez ce risque. Cela vous permettra de voir quelles actions vous pouvez mettre en place pour empêcher ce risque d’entraver la réussite de votre changement de voie.

Ce plan de risque étant élaboré, il s’agit ensuite de le suivre dans le temps.

Veillez ainsi à la bonne mise en place des actions listées pour éviter que les risques identifiés ne se produisent. 

Vous pouvez au besoin, rassembler ces actions dans votre plan d’action réalisé au conseil numéro 5.

6. Avancer petit pas par petit pas

Nous l’avons dit juste au-dessus : l’inconnue du changement de voie peut faire peur. 

Alors, pour vous rassurer, avancez petit pas par petit pas. 

Cela ne sert à rien de faire de gros pas.

A vouloir fonctionner par à-coups, vous risquez à la fois de vous démotiver devant un trop gros pas à venir, mais également de vous planter. 

Ayez toujours en tête l’image d’une échelle : plus les barreaux seront rapprochés, plus les pas seront faciles, et plus vous arriverez à monter vite sur cette échelle. Alors que si les barreaux sont trop espacés, vous pourriez ne même pas réussir à grimper la première marche.

Atteindre ses objectifs, c’est donc comme grimper une échelle : c’est en faisant de petits pas que vous pourrez ajuster votre projet au fur et à mesure pour atteindre vos objectifs.

N’attendez donc pas que tout soit parfait pour vous lancer.

Lancez-vous en faisant des essais. Vous vous ajusterez ensuite pour que tout soit parfait. 

Mieux vaut fait que parfait. 

C’est en essayant que vous prendrez également le moins de risque. 

Ce n’est pas après avoir passé des milliers d’heures sur votre projet et dépenser des milliers d’euros qu’il faudra se rendre compte que vous n’aviez pas forcément pris le bon chemin. 

Par exemple, c’est une perte de temps d’attendre plusieurs années pour être sûre que vous ayez bien toutes les compétences requises pour vous lancer dans un nouveau job.
Essayez dès maintenant de postuler, qu’avez-vous à perdre ? C’est en postulant que vous vous rendrez compte de ce qu’il vous manque réellement et que vous pourrez ainsi vous ajuster.

Si vous souhaitez créer votre entreprise, n’attendez pas non plus que tout soit parfait pour la créer.
Par exemple, lancez-vous en parallèle de votre job actuel avec une version test et voyez si cela marche. Vous ferez le pas de vous lancer à 100% et quitterez votre poste actuel dans un second temps (quand ce pas vous paraîtra plus petit).

Bref, avancez avec ce que vous avez, petit pas par petit pas. 

Petit à petit, vous verrez votre projet prendra forme et vous réussirez votre reconversion. 

Vous avez du mal à passer à l’action ? Lisez mon article : 5 conseils pour oser passer à l’action

7. Bien s’entourer

Changer de voie demande du courage, car vous aurez toujours des moments de doute et de déception. 

Il est donc important de bien s’entourer pendant cette période. 

Entourez-vous de proches qui sauront vous soutenir quand vous n’aurez plus trop le moral.

Fuyez ceux qui vous diront que votre démarche est insensée, et qui projetteront toutes leurs peurs et croyances sur vous. A l’inverse, identifier les personnes de votre entourage qui vous supporteront quoiqu’il arrive. 

Quand vous aurez un coup de mou, n’hésitez pas à aller les voir pour leur faire part de vos doutes et difficultés. Leurs oreilles attentives devraient vous aider à vous rebooster.

Entourez-vous également d’experts qui pourront vous aider à avancer dans votre projet et vous conseiller.

Je vous en ai déjà parlé lors de mon deuxième et quatrième conseils : faites fonctionner votre réseau pour vous rapprocher d’experts qui sauront capables de vous donner leur retour d’expérience et de précieux conseils.
Vous pourrez ainsi vous inspirer de leurs actions pour réussir votre projet de reconversion.

Un changement de voie n’étant jamais une chose simple à faire tout seul, je vous invite , si besoin, à vous faire accompagner d’un coach pour mettre toutes les chances de réussite de votre côté. Certes, cela aura un coût, mais le retour sur investissement peut valoir bien plus que ce coût.

Enfin si vous doutez encore de l’importance des personnes qui vous entourent sur votre vie, je vous invite à visionner cette vidéo de David Laroche : Comment bien choisir son entourage ?

8. Suivre son intuition

L’intuition : un des grands pouvoirs de l’homme ! 

Nous avons la chance d’être dotés d’une intuition et si vous savez l’écouter à bon escient, celle-ci peut vous être très utile. 

Lors de votre reconversion, il y aura toujours des personnes qui vous donneront des avis contraires à votre intuition, et toujours des choix plus ou moins faciles à faire. 

N’hésitez pas à suivre votre intuition dans tous les cas de figure. 

Si vous ne la suivez pas alors qu’elle était bonne, vous vous en voudrez pendant un bout de temps. 

Alors que si vous la suivez et que vous n’allez pas dans la bonne direction, vous aurez tendance à vous dire : « Au moins j’aurai essayé ».
Vous serez ensuite plus à même de rebondir facilement.

Beaucoup de personnes ayant changé de voie vous le diront : ce qui a fait leur réussite est d’avoir su suivre et persévérer dans leurs intuitions.

9. Savoir se remettre en question et se réinventer

Il est possible que par moment vous fassiez fausse route dans votre reconversion. 

Ce n’est pas un drame ! 

L’important c’est d’en prendre conscience et de réfléchir à comment rectifier le tir. 

Ne restez pas coincé dans une voie parce que votre ego ne veut pas se remettre en question.

Ce serait une perte de temps dans votre projet. 

Sachez repérer les signes montrant que vous allez dans la mauvaise voie, et cherchez à réinventer votre projet. 

Attention, quand je parle de signes, ce n’est pas parce que votre projet a du mal à voir le jour qu’il faut changer de projet. Dans ce cas-là, ce serait votre plan d’action qu’il faudrait changer et non votre objectif.

Les signes dont je vous parle ici sont ceux où vous prenez conscience que votre projet ne vous apportera pas ce pour quoi vous souhaitiez vous reconvertir (le fameux « pourquoi » défini au premier conseil).
Dans ce cas-là, il faudra remettre en question votre projet de reconversion et chercher à le réaligner avec ce que vous recherchiez à la base.

Par exemple, ce n’est pas parce que vous êtes passé de logisticien à informaticien que vous êtes obligé de rester informaticien pendant X années pour avoir de la « cohérence » sur votre CV. 

Il n’est jamais trop tard pour vous dire que cette voie n’était finalement pas la bonne et en rechanger.

Pour réussir votre reconversion, veillez ainsi à régulièrement prendre du recul sur vos actions pour vous assurer que celles-ci vont toujours dans la direction de ce que vous recherchiez.

10. Le conseil ultime pour réussir sa reconversion : persévérer et rester optimiste

Il y a de fortes chances que lors de votre changement de voie, il y ait des hauts et des bas, et que par moment vous vous découragiez. 

C’est tout à fait normal ! Si c’était aussi simple de réaliser ses rêves, beaucoup plus de gens se lanceraient !

Gardez toujours bien en tête pourquoi vous vous êtes lancé dans cette reconversion et persévérez ! 

Le contexte a beau changer, n’oubliez pas votre vision. 

Cela ne sera peut-être pas comme vous l’aviez prévu à la base, mais le principal est que ce chemin vous mène à votre épanouissement professionnel. 

Restez ainsi optimiste et ne perdez pas de vue vos rêves. 

Si votre plan ne fonctionne pas, changez votre plan, mais pas votre objectif.

« il n’y a pas de réussite facile ni d’échecs définitifs »

Marcel Proust

J’espère que ces 10 conseils vous aideront à réussir votre reconversion.

N’hésitez pas à commenter cet article avec les difficultés ou doutes que vous rencontrez.

Vous souhaitez vous faire accompagner pour trouver ce job qui vous épanouira tant ?

Cheminons ensemble pour atteindre les sommets de votre vie professionnelle

Je réserve maintenant mon échange Découverte offert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *