Comment arrêter de procrastiner ?

Comment arrêter de procrastiner ?

Nous avons tous été là : face à une tâche importante, que nous savons que nous devons accomplir, mais que nous repoussons encore et encore, en prétextant des excuses variées. C’est ce qu’on appelle la procrastination, et c’est un problème auquel la plupart d’entre nous sont confrontés à un moment ou à un autre.

Pourquoi procrastinons-nous et comment pouvons-nous surmonter ce comportement autodestructeur ?

Dans cet article, je vais explorer la nature de la procrastination, les erreurs courantes que nous faisons à son sujet, et l’intérêt de comprendre ce phénomène.

Je vous fournirai ensuite une définition précise de la procrastination, avant de vous guider étape par étape sur la façon d’arrêter de procrastiner.

Enfin, je traiterai les objections courantes que vous pourriez avoir à propos de l’arrêt de la procrastination.

Mon objectif est de vous donner différentes techniques pour vaincre la procrastination et reprendre le contrôle de votre temps et de votre vie. Alors, êtes-vous prêt à dire adieu à la procrastination ? Commençons le voyage.

Pourquoi arrêter de procrastiner est essentiel ?

3 erreurs fréquentes liées à la procrastination

Erreur 1 : Croire qu’il s’agit simplement d’une mauvaise habitude facile à briser

En réalité, la procrastination est souvent le symptôme de problèmes plus profonds, tels que la peur de l’échec, la perfectionnisme ou le manque de motivation.
Ce n’est donc pas quelque chose que l’on peut simplement « arrêter » de faire du jour au lendemain, sans s’attaquer à la cause sous-jacente.

Erreur 2 : Penser que tout le monde procrastine, donc c’est normal

Même si la procrastination est effectivement un phénomène très répandu, cela ne signifie pas qu’elle soit sans conséquences.
La procrastination chronique peut avoir un impact sérieux sur notre productivité, notre estime de soi et notre bien-être général.

Erreur 3 : Ignorer le rôle de la procrastination dans l’aggravation de l’anxiété et de la dépression

Reporter constamment les tâches peut mener à un sentiment d’écrasement et d’impuissance, qui à son tour peut contribuer à des sentiments d’anxiété et de dépression.
Plus nous procrastinons, plus notre liste de tâches s’allonge, et plus le sentiment d’être débordé grandit.
C’est un cercle vicieux qui peut être difficile à briser sans une compréhension appropriée de la procrastination et des stratégies pour la combattre.

L’intérêt de comprendre la procrastination

1. Améliorer sa productivité

Lorsque vous comprenez pourquoi vous procrastinez, vous pouvez commencer à mettre en place des stratégies pour lutter contre ce comportement.
Cela pourrait signifier diviser une grande tâche en plusieurs petites tâches gérables, établir des échéances claires, ou trouver des moyens de rendre une tâche ennuyeuse plus agréable.
Quelle que soit la stratégie, l’objectif est de vous aider à commencer et à terminer les tâches plus rapidement et plus efficacement.

2. Améliorer sa gestion du temps

La procrastination est souvent le résultat d’une mauvaise estimation du temps nécessaire pour accomplir une tâche.
En apprenant pourquoi vous procrastinez, vous pouvez aussi apprendre à mieux estimer le temps nécessaire pour accomplir vos tâches, ce qui vous permettra de planifier votre temps de manière plus efficace.

3. Réduire son stress

La procrastination mène souvent à un stress accru, car vous vous retrouvez à devoir accomplir des tâches à la dernière minute, ou à devoir gérer les conséquences de ne pas avoir accompli une tâche à temps.
En apprenant à gérer votre procrastination, vous pouvez éviter ce stress inutile et vous sentir plus en contrôle de votre vie et de vos responsabilités.

En résumé comprendre la procrastination est la première étape pour prendre le contrôle de ce comportement et améliorer votre productivité, votre gestion du temps et votre bien-être général.

Comment la fin de la procrastination peut changer votre vie à court, moyen et long terme ?

À court terme : amélioration de votre efficacité au quotidien

Finies les journées passées à repousser des tâches importantes ou à vous sentir submergé par une liste de tâches interminable.
Au lieu de cela, vous pouvez commencer à accomplir plus chaque jour, ce qui peut vous aider à vous sentir plus productif et plus en contrôle de votre temps.

À moyen terme : réalisation de vos objectifs fixés

Que vous cherchiez à reprendre en main votre vie professionnelle, à apprendre une nouvelle compétence ou à atteindre un objectif personnel, la fin de la procrastination peut vous permettre de faire des progrès constants et mesurables vers vos objectifs.
Au lieu de repousser les tâches liées à vos objectifs, vous pouvez commencer à les aborder de front, ce qui peut vous rapprocher de vos objectifs plus rapidement que vous ne l’auriez cru possible.

À long terme : meilleure estime de vous et épanouissement personnel

La procrastination peut souvent entraîner des sentiments de culpabilité, de honte ou d’insuffisance.
En arrêtant de procrastiner, vous pouvez commencer à vous sentir plus confiant dans votre capacité à gérer vos responsabilités et à atteindre vos objectifs. Cela peut, à son tour, améliorer votre estime de vous-même et conduire à un plus grand sentiment d’épanouissement personnel.

En bref, l’arrêt de la procrastination peut avoir des effets bénéfiques à court, moyen et long terme, transformant non seulement votre quotidien, mais aussi votre vision de vous-même et de votre potentiel.

Qu’est-ce que la procrastination ?

Définition de la procrastination

La procrastination est la tendance à remettre systématiquement à plus tard les actions, qu’elles soient limitées à un domaine de la vie quotidienne ou non.
Il s’agit d’un comportement complexe qui implique à la fois des facteurs psychologiques et des habitudes comportementales.

Définition procrastination

Les mauvaises définitions, à éviter

Il est important de noter que la procrastination n’est pas synonyme de paresse.
La paresse est un manque d’action dû à un manque de volonté, tandis que la procrastination est souvent le résultat d’un conflit intérieur entre ce que nous savons que nous devrions faire et ce que nous avons envie de faire à un moment donné.

De plus, la procrastination n’est pas simplement une question de mauvaise gestion du temps.
Bien que la gestion du temps puisse être un facteur, la procrastination est souvent le symptôme de problèmes plus profonds, tels que la peur de l’échec ou le manque de motivation.

Quelques détails supplémentaires sur le concept de procrastination

Le concept de procrastination a une longue histoire.
Le terme lui-même vient du latin « procrastinare », qui signifie « remettre à demain ».
Cependant, le concept de procrastination existe depuis bien avant l’invention du terme.
Des figures historiques, comme Léonard de Vinci, sont célèbres pour leur tendance à procrastiner, souvent au détriment de leur travail.

Il existe également différents types de procrastination.
La procrastination active se produit lorsque nous choisissons délibérément de repousser une tâche, souvent parce que nous trouvons quelque chose d’autre à faire qui est plus agréable.
La procrastination passive, en revanche, se produit lorsque nous repoussons une tâche sans vraiment nous en rendre compte, jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Enfin, la procrastination chronique est un comportement persistant de report de tâches, qui peut avoir des conséquences négatives sur notre vie quotidienne.

Comment arrêter de procrastiner ?

Prérequis pour vaincre la procrastination

Avant tout, il y a deux prérequis pour arrêter de procrastiner.

Le premier est la reconnaissance du problème et le désir de changer.
Vous devez admettre que vous avez un problème de procrastination et être prêt à faire les efforts nécessaires pour le surmonter.

Le deuxième prérequis est la compréhension de vos propres comportements de procrastination.
Cela implique de réfléchir à quand et pourquoi vous procrastinez, afin de pouvoir cibler ces comportements spécifiques.

Guide pas à pas pour surmonter la procrastination

1. Identifiez vos déclencheurs de procrastination.

Qu’est-ce qui vous pousse à reporter les tâches ? Est-ce la peur de l’échec ? L’ennui ? Le manque de motivation ?
Une fois que vous avez identifié vos déclencheurs, vous pouvez commencer à élaborer des stratégies pour les combattre.

Vous avez du mal à identifier quelles sont les raisons de votre procrastination ?

Pourquoi je procrastine ?

Voici quelques pistes pour expliquer pourquoi vous procrastiner :

  • La peur de l’échec : Beaucoup de gens procrastinent parce qu’ils craignent de ne pas réussir dans la tâche qu’ils doivent accomplir. Ils repoussent donc la tâche pour éviter de devoir faire face à cette peur.
  • Le perfectionnisme : Les perfectionnistes ont souvent des attentes irréalistes sur la qualité du travail qu’ils doivent produire. Ils peuvent donc repousser une tâche parce qu’ils craignent de ne pas être en mesure de répondre à ces attentes élevées.
  • Le manque de motivation : Parfois, les gens repoussent simplement une tâche parce qu’ils ne sont pas motivés à la faire. Cela peut être dû à un manque d’intérêt pour la tâche, à une faible valeur perçue de l’achèvement de la tâche, ou à une récompense lointaine pour l’achèvement de la tâche.
  • La sous-estimation du temps : Beaucoup de gens ont tendance à sous-estimer le temps qu’il faudra pour accomplir une tâche. Ils pensent donc qu’ils ont beaucoup de temps pour la faire plus tard, ce qui les conduit à repousser la tâche.
  • La surcharge de travail : Parfois, les gens se sentent tellement débordés par le nombre de tâches qu’ils ont à faire qu’ils ne savent pas par où commencer. Ils peuvent donc repousser certaines tâches pour tenter de réduire leur charge de travail.
  • L’évitement des tâches désagréables : Certaines tâches sont simplement désagréables à faire. Les gens ont donc tendance à repousser ces tâches pour éviter d’avoir à les faire.
  • Des problèmes de santé mentale : Enfin, certains problèmes de santé mentale, comme la dépression ou le trouble déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH), peuvent également conduire à la procrastination.

En comprenant les raisons de votre propre procrastination, vous pouvez commencer à trouver des stratégies pour la surmonter.
Par exemple, si vous procrastinez par peur de l’échec, vous pourriez travailler sur le renforcement de votre confiance en vous. Si vous procrastinez par manque de motivation, vous pourriez chercher des moyens de rendre la tâche plus intéressante ou plus gratifiante.
En fin de compte, la clé pour surmonter la procrastination est de comprendre pourquoi vous procrastinez, et de trouver des stratégies qui fonctionnent pour vous.

2. Fixez-vous des objectifs clairs et atteignables.

Au lieu de vous fixer un objectif vague comme « trouver ma voie », fixez-vous des objectifs précis et mesurables, comme « lire tel article ce soir », « me renseigner sur tel métier demain », etc…

3. Utilisez des stratégies pour vous motiver à commencer les tâches.

Cela pourrait être quelque chose d’aussi simple que de promettre de travailler sur une tâche pendant seulement cinq minutes.
Souvent, le plus dur est de commencer, et une fois que vous avez commencé, il est plus facile de continuer.
L’important est que vous trouviez la routine qui vous convient pour commencer une tâche.
Et pour cela, il est important que vous vous écoutiez et maîtrisiez votre énergie. Par exemple, ne planifiez pas de regarder les offres d’emploi un soir à 22h si vous êtes du matin. Planifez alors votre recherche d’emploi le matin.
Et si vous voyez que vous n’arrivez pas à installer de routine, changez vos habitudes. Trouvez des habitudes efficaces pour vous.

4. Apprenez à gérer votre temps et à organiser vos tâches de manière efficace.

Cela pourrait impliquer de créer une liste de tâches, de prioriser vos tâches, ou d’utiliser une technique de gestion du temps comme la technique Pomodoro (travailler par tranche de 25minutes avec 5 minutes de pause entre chaque tranche et au bout de 4 tranches, 15 minutes de pause).
Voici d’ailleurs un chronomètre en ligne que j’utilise beaucoup pour la technique Pomodoro.
Et pour mieux gérer votre temps, je vous invite à lire mon précédent article : « 5 outils pour mieux gérer son temps et ses priorités ».

5. Pratiquez des techniques de relaxation pour gérer le stress et l’anxiété.

La méditation, le yoga, la respiration profonde et d’autres techniques de relaxation peuvent vous aider à gérer le stress et l’anxiété qui peuvent souvent conduire à la procrastination.
Ces techniques peuvent aussi vous aider à mieux vous concentrer. Quelques exercices de respirations avant de vous lancer dans une tâche peuvent vous aider à mieux aborder cette tâche.

6. Célébrez vos succès et récompensez-vous pour avoir accompli vos tâches.

Cela peut vous aider à maintenir votre motivation et à renforcer les comportements positifs.

Pour conclure, vaincre la procrastination n’est pas une tâche facile, mais avec les bonnes stratégies et une attitude déterminée, vous pouvez faire d’énormes progrès.
Rappelez-vous, le plus important est de ne pas se décourager si vous ne voyez pas de changements, mais de continuer à persévérer dans vos actions.

Comment savoir si vous gérez bien la procrastination ?

1/ Vous remarquerez plusieurs signes positifs.
2/ Vous parviendrez à commencer les tâches à temps et à les terminer dans les délais.
3/ Vous ressentirez moins de stress et d’anxiété face à vos tâches.
Et surtout, vous vous sentirez plus en contrôle de votre vie et de vos responsabilités.

Vaincre la procrastination

Les objections courantes à l’arrêt de la procrastination

Il existe plusieurs objections courantes à l’arrêt de la procrastination.
Voici quelques réponses à ces objections qui peuvent vous aider à surmonter vos propres résistances.

Objection 1 : « Je travaille mieux sous pression »

Cette affirmation est très courante, mais elle est souvent basée sur un mythe.

Si certaines personnes peuvent se sentir plus motivées quand une échéance approche, travailler sous pression n’est généralement pas une stratégie efficace à long terme.
En fait, le stress chronique peut avoir un impact négatif sur votre santé, tant physique que mentale.
De plus, lorsque vous travaillez sous pression, vous risquez de faire des erreurs ou de produire un travail de moindre qualité.
Il est généralement plus bénéfique d’apprendre à travailler de manière régulière et de gérer votre temps efficacement, plutôt que de compter sur le stress de la dernière minute pour vous motiver.

Objection 2 : « Je n’ai pas le temps d’arrêter de procrastiner »

Il peut sembler paradoxal de dire que vous n’avez pas le temps d’arrêter de procrastiner.
Après tout, la procrastination elle-même est souvent une perte de temps.
En fait, apprendre à gérer votre temps efficacement peut vous aider à trouver plus de temps pour accomplir vos tâches.
En arrêtant de procrastiner et en commençant vos tâches plus tôt, vous pouvez éviter le stress et la précipitation de dernière minute, et vous donner plus de temps pour vous détendre et profiter de vos loisirs.

Objection 3 : « J’ai essayé d’arrêter de procrastiner, mais je n’y arrive pas »

Si vous avez déjà essayé d’arrêter de procrastiner sans succès, ne vous découragez pas.
La procrastination est un comportement complexe qui peut être difficile à changer.
Il peut être utile d’essayer des approches différentes pour gérer la procrastination.
Par exemple, si vous avez du mal à vous motiver pour commencer une tâche, essayez de la diviser en petites étapes plus gérables.
Si vous vous sentez dépassé par le nombre de tâches à accomplir, essayez d’apprendre des techniques de gestion du temps pour vous aider à prioriser vos tâches.
Et si vous continuez à lutter contre la procrastination malgré vos efforts, il peut être utile de chercher de l’aide professionnelle, comme un coach de vie ou un psychologue, qui peut vous fournir des stratégies et un soutien supplémentaires.
Très souvent dans des procrastinations autour de sujets professionnels, il se cache derrière des blocages internes qu’un coach vous aidera à identifier et à débloquer.

Pour conclure, arrêter de procrastiner est un défi qui nécessite de la patience, de la persévérance et une réelle volonté de changement. Cependant, comprendre la nature de la procrastination, ainsi que ses impacts sur notre vie, constitue un premier pas significatif vers une amélioration. En identifiant les erreurs communes et en se familiarisant avec le concept, on peut ensuite déployer des stratégies pour vaincre cette tendance à repousser les tâches.
Je vous invite d’ailleurs à visionner ce TedX de Tim Urban « Dans la tête d’un procrastinateur » pour décrypter sous un œil humoristique la procrastination.

Que vous décidiez de commencer petit à petit, en fixant des objectifs clairs et atteignables, ou de changer radicalement votre approche de la gestion du temps, chaque pas que vous faites est une victoire sur la procrastination. Et même face aux objections, n’oubliez pas que des solutions existent.
Vous pourriez travailler sous pression, mais cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas changer pour le mieux.
Vous pourriez penser que vous n’avez pas le temps, mais la gestion efficace du temps peut en réalité en libérer davantage.
Et si vous avez déjà tenté sans succès d’arrêter de procrastiner, il peut être temps d’adopter une nouvelle stratégie ou de chercher de l’aide professionnelle.

Chaque effort pour surmonter la procrastination vous rapproche d’une vie plus productive, moins stressante, et finalement, plus épanouissante. Alors, n’attendez plus, et commencez dès aujourd’hui à combattre la procrastination. Rappelez-vous, le voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas.

Envie de recevoir chaque mardi conseils et inspirations pour explorer de nouveaux horizons professionnels ?

Je m'inscris maintenant à la newsletter Rand'Ose

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *