Comment se libérer du syndrome de l’imposteur ?

Comment se libérer du syndrome de l'imposteur ?

Vous ne vous trouvez pas à la hauteur de votre job ?
Vous ne vous pensez pas légitime pour changer de poste ?
Au travail, vous avez l’impression d’être un imposteur et avez peur que vos collègues le découvrent ? 

Si vous vous retrouvez dans ces questions, vous souffrez alors très certainement du syndrome de l’imposteur. 

Dans cet article, après avoir défini ce phénomène, je vous détaillerai comment reconnaître ses symptômes, puis quelles sont les solutions pour combattre cet effet et mener à bien la carrière de votre choix.

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ?

Les personnes souffrantes du syndrome de l’imposteur sont persuadées qu’elles ne méritent pas leur place actuelle au travail.

Elles estiment qu’elles ne sont pas à la hauteur de ce qu’on leur demande et qu’elles sont arrivées à ce niveau professionnel par chance.

Elles n’arrivent donc pas à reconnaître toutes leurs compétences et leurs réalisations.

Vous aurez beau leur témoigner votre admiration, elles trouveront toujours des excuses pour justifier que leur réussite ne vient pas de leur travail. 

Comme elles sont persuadées de ne pas mériter leur place, elles vivent dans la peur d’être un jour démasqué par leur entourage.

Elles vont donc se mettre une pression pour tout rendre comme attendu et en parallèle fuir les opportunités qui leur donneraient trop de visibilité.

Veuillez garder en tête, que le syndrome de l’imposteur n’est pas une maladie psychique, mais une expérience vécue comme une imposture.

Cette expérience peut malheureusement être très mal vécue par les personnes se sentant piégées dans cette position d’imposteur.

Pour être pleinement épanouie professionnellement, il est donc important que ces personnes travaillent sur elle pour se libérer de ce syndrome.

Peut-être vous êtes-vous reconnus dans la définition ci-dessus ou peut-être vous fait-elle penser à quelqu’un ?

Voyons maintenant les symptômes de ce syndrome pour vous éclairer un peu plus.

Les signes qui ne trompent pas au travail

Vous pensez souffrir du syndrome de l’imposteur ?

Ci-dessous quelques signes qui vous aideront à vous prononcer :

  • Vous ne vous pensez pas responsables de vos succès professionnels. Vous attribuez vos réussites à différents facteurs externes (vos relations qui vous ont aidé, le contexte qui était facile, la chance…).
  • Dans votre travail, vous êtes perfectionniste et rarement fier de vos réalisations.
  • Vous avez peur de ne pas répondre aux attentes que l’on vous impose. Vous vous sentez rarement à la hauteur des tâches que l’on vous demande de faire.
  • Vous vous comparez très souvent aux autres, et trouvez toujours les autres meilleurs que vous.
  • Vous n’osez pas demander de l’aide par peur de montrer vos faiblesses au grand jour.
  • Vous êtes indifférents aux compliments que l’on vous fait, comme si vous n’y croyiez pas. Pour vous, ces compliments vous sont dits seulement par politesse.
  • Vous êtes très dur avec vous-même et vous avez tendance à vous dévaloriser.
  • Vous avez peur que vos collègues et manager démasquent votre incompétence. Pour vous, ce n’est d’ailleurs qu’une question de temps…

Cette liste de symptômes n’est pas exhaustive. Et si vous vous reconnaissez dans certains points, il y a alors de fortes chances que vous souffriez du syndrome de l’imposteur.

Cependant, bonne nouvelle : le syndrome de l’imposteur étant basé seulement sur une perception, il est possible de le surmonter.

Comment se libérer du syndrome de l’imposteur ?

Avec un travail sur soi, il est possible de vaincre ce syndrome.

La principale clé est de retrouver confiance en vous.

C’est avec une bonne estime de vous que vous arriverez à balayer tous vos préjugés sur vous-même et vos peurs.

Ci-dessous 3 outils pour vous aider.

1. Questionner l’origine de vos croyances

Ce qui engendre vos comportements sont vos pensées. Changer ses pensées, c’est donc changer ses comportements. 

Pour changer vos pensées dévastatrices, il faut d’abord les identifier.

Ci-dessous quelques exemples de pensées dévastatrices :

  • « Je ne suis pas à la hauteur de cette promotion que l’on m’a donnée »
  • « Je n’ai pas le droit à l’échec »
  • « Si je fais une erreur, les autres vont me critiquer voire rejeter »

Quand vous vous retrouvez avec une de ces pensées, essayez de la remettre en question avec les questions ci-dessous :

  • « Qu’est-ce qui me fait penser cela ? »
  • « Qu’en pensent les autres ? »
  • « Qu’est-ce qu’il se passerait si cette pensée était fausse ? », « Qu’est-ce qu’il se passerait si j’échouais ? », « Que s’est-il passé d’ailleurs la dernière fois que j’ai échoué ? »
  • « L’entretien de cette pensée entraîne quelles conséquences sur mon comportement, et quel en est le résultat dans ma vie ? »

A travers ces questions, vous devriez réussir à prendre du recul sur votre situation, dédramatiser vos pensées dévastatrices et les changer par d’autres qui seront plus positives sur vos comportements. 

C’est avec des pensées plus positives que vous réussirez à surmonter votre syndrome de l’imposteur.

2. Reconnaître ses réalisations

Commencez par lister toutes vos réalisations, qu’elles aient été des succès ou non.

L’objectif est de vraiment noter tout ce que vous avez fait jusqu’ici, que ce soit dans le monde du travail ou dans votre vie personnelle.

Une fois que vous avez fait cette liste, pour chaque réalisation, notez les compétences que vous y avez développées, et les qualités qui vous ont aidé.

Si vous bloquez et n’arrivez pas y trouver des compétences développées ou des qualités utilisées, rapprochez-vous des personnes qui étaient en lien avec vous au moment de ces réalisations et demandez-leur ce qu’elles en pensent.

Ecoutez leurs feed-backs sans les contredire.

Acceptez leurs retours et prenez note pour pouvoir les relire à tête reposée.

Prenez conscience de votre impact sur chacune de ses réalisations.

Toutes vos réalisations ne dépendent pas de facteurs externes, vous avez participé à ces réalisations. Soyez-en fier !

En reconnaissant votre apport personnel lors de vos réalisations passées, vous arriverez à vous libérer de ce sentiment d’imposteur sur vos expériences passées.

3. S’appuyer sur le regard des autres pour améliorer votre estime

Portez attention aux compliments que l’on vous donne, et notez-les dans un cahier. 

Quand vous doutez de vous, émettez vos doutes à votre entourage et soyez attentif à leur retour.

Notez également dans votre cahier les compliments qui vous sont faits dans ces moments de doute. 

Ainsi, quand vous douterez de vos capacités, vous n’aurez qu’à relire ce cahier pour prendre conscience de ce que vous êtes capable.

Votre entourage ne vous donnera jamais des compliments par plaisir.
Faites-leur confiance : s’ils vous disent un compliment, c’est que vous le méritez !

La lecture de ce cahier devrait donc vous aider à surmonter ces moments de doute, où vous avez le sentiment d’être un imposteur dans votre travail.

Si vous souhaitez d’autres conseils pour augmenter votre estime et confiance en vous, je vous invite à jeter un oeil à ces ressources supplémentaire :

J’espère que cet article vous aura éclairé sur le syndrome de l’imposteur et apporté des billes pour vous essayer de vous libérer de ce syndrome.

Il n’est pas simple de changer son schéma de pensée, mais avec de la persévérance vous devriez petit à petit réussir à combattre votre syndrome de l’imposteur.

Vous souhaitez vous faire accompagner pour trouver ce job qui vous épanouira tant ?

Cheminons ensemble pour atteindre les sommets de votre vie professionnelle

Je réserve maintenant mon échange Découverte offert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.