Hery, sa reconversion de diététicien à développeur web

Hery, sa reconversion de diététicien à développeur web

Ce mois-ci, j’ai eu le plaisir d’interviewer Hery Domenichini sur sa reconversion de diététicien à développeur web.

Dans cette interview, vous découvrirez pourquoi Hery s’est penché sur le développement web, comment il a mis le pied dans l’entrepreneuriat et ses conseils pour se lancer à son compte.

Si vous le souhaitez, vous pouvez également retrouver l’intégralité de notre conversation sur ma chaîne Youtube.

Hery, peux-tu nous raconter ton parcours ?

Originellement, je suis diététicien. J’ai été salarié diététicien pendant 4 ans.

Sur la fin, en 2017, j’ai ouvert mon cabinet de diététicien en parallèle de mon job de salarié.

Et puis, j’ai souhaité arrêter le salariat. Ça se passait bien dans ma boîte, mais le salariat ne me convenait plus.

J’avais une idée de créer une plateforme en ligne pour la prise en charge des patients avec notamment un système où on pouvait calculer l’apport nutritionnel qu’ils avaient en fonction des aliments qu’ils rentraient.

Et du coup, il me fallait des compétences en développement web.

Je me suis d’abord formé en ligne, en parallèle de mon job.

Puis, la boîte n’allant pas très bien, ils ont proposé des ruptures conventionnelles.

J’ai donc saisi l’opportunité pour suivre une formation plus poussée sur le développement web.

On est donc en 2019, et suite à cette formation, il se trouve que j’ai directement eu des propositions de missions en tant que développeur web.

J’ai donc finalement enchainé les missions, sans revenir sur mon idée de création plateforme.

Je slashais entre mon activité de diététicien et celle de développeur web.

J’avais beaucoup de mal à lâcher mon activité de diététicien.

Finalement, en Mars 2020, avec le Covid, mon activité de diététicien s’est complètement arrêtée et j’ai fini par fermer mon cabinet en Août 2020.

Je n’avais pas réussi à retrouver mon activité d’avant covid et les charges liées à cette activité étaient trop importantes pour continuer.

Je me suis donc dédié à 100% à mon activité web qui n’avait jamais arrêté. L’avantage de cette activité étant que je pouvais travailler à domicile pendant le covid.

En parallèle, pour compléter un peu mes revenus, j’ai commencé à donner des cours dans des écoles.

Et depuis cet été, je lance ma propre formation en ligne pour devenir développeur web.

Quels ont été les signes qui t’ont fait penser que tu allais aimer le développement web ?

Alors, au début, j’avais commencé à créer le concept de ma plateforme sur Excel pour pouvoir gagner du temps.

Un des objectifs était notamment de calculer l’apport nutritionnel que mes clients avaient en fonction des aliments qu’ils rentraient.

Et avec cet Excel, je savais que j’aimais bien bidouiller ce genre de chose. J’aimais bien récupérer des informations, faire de petits calculs, obtenir des résultats, etc…

Donc j’ai voulu me former un peu plus, car mon fichier excel devenait trop lourd et ne supportait plus les calculs que je demandais.

J’ai donc d’abord suivi, sur mes congés, une formation en ligne pas très engageante.

Et c’est à partir de ce moment-là où je me suis rendu compte que j’aimais vraiment le développement web.

J’aime bien cette notion de partir d’une page blanche pour construire des fonctionnalités qui vont traiter et analyser des datas pour sortir des résultats.

C’est à partir de là où j’ai commencé à envisager de me reconvertir pour devenir développeur web.

Comment a réagi ton entourage à cette reconversion vers le développement web ?

Alors comme je quittais mon CDI confortable en diététicien pour me lancer à mon compte dans le développement web, j’ai eu pas mal de réactions du type : « es-tu sûr de vouloir quitter ton CDI pour quelque chose que tu ne connais pas ? ».

Mais je savais que c’était leurs peurs et que ça restait bienveillant de leur part, du coup, je me suis quand même senti soutenu.

Et ça ne m’a pas du tout bloqué à me lancer dans ma reconversion vers le métier de développeur web.

On a l’impression que tes premiers clients sont venus à toi par chance, comment as-tu réussi à attirer tes premiers clients ?

Alors, je ne suis sur aucune plateforme.

Par contre, pendant ma formation, j’étais assez douée. Et du coup, les formateurs m’ont beaucoup recommandé quand ils avaient des demandes qu’ils ne pouvaient pas honorer.

C’est donc via ce réseau que j’ai eu mes premiers clients et pas de temps mort entre les missions.

Et ensuite, le bouche-à-oreille a fonctionné, donc je n’ai pas eu à prospecter ou animer une communauté.

Il y a une forte demandes de développeur web, ce qui peut faciliter une reconversion vers ce métier.

As-tu rencontré des difficultés dans ta reconversion ?

Alors, si je passe outre la paperasse administrative avec laquelle j’ai du mal.

Ma principale difficulté a été quand j’étais salarié et que je cherchais à me former.

Je n’étais pas encore sûr de me lancer dans une reconversion en développeur web, j’étais au tout début des réflexions et la majorité des formations étaient sur 3 mois.

Ce qui impliquait de devoir poser des congés sans solde.

Je suis donc resté bloqué sans vraiment agir pendant toute une période.

C’est là où heureusement que j’ai obtenu une rupture conventionnelle, car ça m’a permis de débloquer ce point.

J’ai ainsi pu avoir le temps de suivre une vraie formation.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui hésiterait à quitter le salariat pour se lancer dans l’entrepreneuriat ?

Mon conseil serait de préparer sa transition.

Ne pas quitter son job sans avoir un plan.

Pour ma part, j’ai eu ma rupture conventionnelle qui m’octroyait 2 ans de chômage.

Mais 2 ans, ça passe très très vite.

J’ai pourtant eu la chance de quitter mon entreprise et enchaîner le mois d’après ma formation pour entamer ma reconversion de développeur web.

Mais, ma formation m’aura pris au total 6 mois. Donc un quart du chômage était déjà passé.

Dans ma formation, il y avait justement des personnes qui ont mis du temps à trouver ce qu’elles voulaient faire. Elles étaient donc sur leur fin de droit du chômage.

Et elles devaient donc tout de suite avoir une activité pérenne ou sinon elles devaient retourner sur leur ancien job.

C’est donc important d’essayer de savoir où on veut aller avant de quitter l’entreprise pour avoir une transition sans stress.

Ça permet de vraiment profiter des droits au chômage pour lancer son activité sans perdre du temps à se retrouver.

Et ça permet donc d’éviter de se retrouver dos au mur et de devoir revenir dans son ancien job, car on a manqué de temps financièrement.

Suite à ta reconversion en développeur web, comment te sens-tu aujourd’hui ?

Je suis plus serein que quand j’étais salarié.

Je travaille pour moi. et je peux gérer d’où je travaille et quand je travaille.

Ce qui m’a permis par exemple de partir vivre quelques mois à La Réunion. Et c’est le genre de liberté que je ne pourrais plus lâcher.

Et pour l’avenir, j’aimerai développer mon activité de formation en ligne.

Car c’est le problème d’être freelance et de vendre son temps : notre temps n’est pas extensible.

Donc si on veut gagner plus d’argent, il faut à un moment donné créer un système qui rapporte de l’argent en fonction de la valeur apportée et non du temps.

Aujourd’hui, je ne peux pas accepter plus de clients. Donc je cherche à me développer une branche de formation en ligne.

À la fois, car j’aime former (c’est d’ailleurs pour ça que je donne des cours), mais également pour augmenter et diversifier mes revenus.

Hery, sa reconversion de diététicien à développeur web.

Un grand merci à Hery pour ce partage d’expérience sur sa reconversion. Si vous le souhaitez, vous pouvez le retrouver sur LinkedIn.

Ce qu’on peut retenir de la reconversion d’Hery

C’est en essayant des choses qu’on trouve sa voie

Hery ne pensait pas forcément à se reconvertir. Il avait une attirance pour coder sur Excel, puis il a voulu souhaiter lancer une application pour tester une idée. Finalement, il s’est retrouvé à adorer le développement web et se reconvertir dedans.
Alors, si vous cherchez votre voie, faites comme Hery, tirez sur des fils qui vous intéressent et regardez où cela vous mène.
Pour cela, n’hésitez pas à vous reconnecter à vos talents. Et si vous avez l’impression de ne pas en avoir, découvrez mon précédent article : Comment trouver ses talents pour se reconvertir ?

Le réseau peut grandement faciliter le démarrage d’une activité entrepreneuriale

Trouver ses premiers clients est ce qui est le plus dur quand on se lance dans l’entrepreneuriat.
Un des meilleurs moyens de rendre la tâche facile est d’avoir un bon réseau.
C’est comme cela qu’Hery n’a jamais eu besoin de chercher des clients. Il a réussi à s’ouvrir de nombreuses opportunités grâce aux rencontres qu’il a faites sur son chemin.
Alors, faites fructifier votre réseau ! Et si vous êtes en manque d’idées pour développer votre réseau, lisez mon précédent article : Comment développer son réseau ?

Pour une reconversion en douceur, préparez-la avant de poser votre démission

Ce qui m’a marqué dans le parcours d’Hery : la facilité avec laquelle il s’est reconverti.
Quand on l’écoute parler, on a vraiment l’impression que tout a été facile pour lui.
Alors, oui, il y a toujours des facteurs externes qui peuvent rendre les choses plus faciles, mais comme le dit Hery, une des clés est surtout d’y aller petit pas par petit pas et de bien préparer sa transition avant de poser sa démission.
Plus vous aurez préparé votre transition en amont, plus votre reconversion se fera en douceur.
Et pour cela, n’hésitez pas à tester votre idée en side-project. Je vous en parle d’ailleurs dans mon précédent article : 5 bonnes raisons de lancer un side-project.

Vous souhaitez vous faire accompagner pour trouver ce job qui vous épanouira tant ?

Cheminons ensemble pour atteindre les sommets de votre vie professionnelle

Je réserve maintenant mon échange Découverte offert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.