Reconversion : Le syndrome de la cage dorée

Reconversion : le syndrome de la cage dorée

Connaissez-vous le syndrome de la cage dorée ?
Vous tournez en rond dans vos réflexions de reconversion ?
Vous aimeriez changer de job, mais n’arrivez pas à vous lancer ?
Vous subissez alors peut-être ce syndrome.

Je vous propose de voir dans cet article ce qu’est ce syndrome de la cage dorée, et surtout, comment s’en défaire.

Qu’est-ce que le syndrome de la cage dorée ?

Le syndrome de la cage dorée part du principe qu’à partir d’un certain seuil de revenu, on se retrouve comme piégée dans une cage dorée. 

Sur le papier, vous avez tout de la situation idéale : un CDI, un bon poste, un bon salaire, peut-être même des collègues sympas !
Mais voilà, il vous manque quelque chose. Il vous manque cette excitation qui vous motiverait à vous lever le matin.

Pourquoi une cage dorée ? 

Car finalement, vous n’aimez pas votre poste. 

Vous perdez chaque jour en énergie. 

Vous n’arrivez plus à vous épanouir. 

Vous vous sentez donc comme bloqué dans une cage. 

Mais cette cage est confortable. Elle est toute dorée !

Ce qui vous retient avant tout c’est votre niveau de vie, votre rémunération actuelle. 

Ce qui fait que vous n’arrivez pas à avancer, c’est que vous n’envisagez pas sérieusement de prendre le risque de perdre votre statut ou votre  niveau de vie. 

Vous tournez donc en rond dans vos réflexions et restez enfermé dans cette cage.

Moi même victime de ce syndrome

Je sais très bien de quoi je parle, car je suis restée quelques années dans cette cage dorée.

J’avais trouvé un CDI dans une super entreprise, avec une super ambiance de travail. 

On me faisait entièrement confiance. J’ai donc pu évoluer très vite, avoir un bon poste, un bon salaire. 

Mais voilà, d’année en année, je m’essoufflais un peu plus.

Mon quotidien manquait de plus en plus de sens… 

Travaillant en logistique dans les produits pour l’apéro, je me disais de plus en plus : « est-ce qu’en te donnant corps et âme pour éviter cette rupture de chips, tu vas vraiment sauver le monde ? ». 

Et je ne vous raconte même pas, mon désespoir quand cela était pour un produit que je n’affectionnais pas du tout, du type le paquet de Chips goût Cheeseburger…

Enfin, je m’éloigne un peu du sujet !

Mon point était de vous dire que j’avais envie de changer de job, mais en même temps, j’avais peur de perdre tout ce que j’avais construit jusqu’ici. Perdre en niveau de vie, perdre en reconnaissance, etc…

Du coup, je tournais en rond sans trop savoir vers quelle voie me tourner. 

Je me disais que de toute façon pour gagner sa vie, il fallait forcément travailler dur, donc pourquoi se poser autant de questions ? 

Autour de moi, j’entendais aussi beaucoup de : « Vous la génération Y, vous vous posez trop de questions. Nous on travaillait sans se poser de question. » Je me disais donc que c’était peut-être moi le problème…

Ce syndrome m’a failli faire le mauvais choix de reconversion. 

Étant bloquée dans cette idée de garder le même niveau de vie, le même statut, j’étais partie pour faire des RH. 

Je suis sûr que ça m’aurait plu les premières années, mais très vite, je me serai également essoufflée…

Car au fond de moi, je l’ai toujours su : j’ai toujours eu envie d’avoir mon activité, mon business. Pouvoir toucher à tout et avoir un vrai impact sur le monde.

Alors, heureusement, j’ai réussi à me défaire de ce syndrome. 

Et je souhaitais donc vous donner les conseils qui m’ont permis de sortir de cette cage et faire les bons choix. 

Ces choix qui allaient vraiment m’apporter du bonheur et de l’épanouissement.

Comment se défaire du syndrome de la cage dorée pour réussir sa reconversion ?

1. S’autoriser à rêver pour sortir de sa cage dorée

La première étape va être de vous autoriser à rêver. 

Rêver ne vous engage en rien, non ?

Alors, imaginez que tout est possible. 

Imaginez que vous n’avez pas de contrainte d’argent ou de temps. 

Qu’aimeriez-vous faire ? 

Listez un maximum d’idées, même si elles vous paraissent loufoques !

Une cliente qui s’est bien prêtée au jeu avait eu, après avoir listé une dizaine d’idées, cette idée loufoque d’avoir un food truck. Elle n’y croyait pas forcément quand elle l’a énoncé, mais finalement, après investigation plus en détail, c’est sur cette idée qu’elle est partie. 

Alors, ne vous limitez pas.

Regardez à l’extérieur de votre cage dorée et faites la plus longue liste possible de pistes professionnelles qui pourraient vous épanouir. 

Vous verrez dans un deuxième temps, si ces reconversions sont viables ou non.

2. Explorer réellement vos idées de reconversion

Prenez les pistes qui vous attirent le plus et explorez-les.

Est-ce que le quotidien de ces pistes vous plairait réellement ? 

Car, pour rappel, quand on choisit un métier, on choisit surtout un quotidien ! 

Si vous souhaitez être boulanger et que vous n’aimez pas vous lever le tôt et travailler le week-end, ça va être compliqué !

Si le quotidien vous plaît bien, que devez-vous faire pour vous reconvertir dans cette direction ? Avez-vous besoin d’une formation ? Avez-vous besoin d’un capital ou d’un prêt bancaire ?

Pour obtenir toutes les réponses à ces questions, je ne peux que vous conseiller de prendre contact avec des personnes qui sont là où vous aimeriez être. 

Objectif : avoir un maximum de retours d’expériences.

Une fois seulement que vous aurez fait ce travail d’exploration, vous pourrez décider de la viabilité de ces reconversions. 

Mais ne vous basez pas sur vos croyances et faites vraiment ce travail.

Si vous continuez de baser vos décisions sur vos croyances, vous allez rester enfermé dans votre cage dorée.

Avec internet, on a la grande chance de pouvoir connecter facilement avec plein de monde, donc profitez-en !

Et si vous n’arrivez pas à vous défaire de vos croyances, lisez mon article : Comment se débarrasser de ses croyances limitantes.

3. Comprendre ce qui se cache derrière ses besoins en niveaux de vie

Votre niveau de vie et votre statut sont importants pour vous. 

C’est ce qui vous retient dans cette cage dorée.

Il s’agit donc de ne pas l’ignorer, mais de mieux comprendre ce besoin. 

Pourquoi tenez-vous à votre niveau de vie et/ou à votre statut ?
Est-ce pour un besoin d’appartenance ? Par rapport au regard des autres ? Ou est-ce une question d’ego ?

Comment pourriez-vous combler autrement ce besoin dans votre futur projet professionnel ? 

Exemple : est-ce qu’avoir la plus belle des voitures vous apporte réellement quelque chose ? Est-ce que vous ne pourriez pas combler votre besoin d’appartenance en invitant à dîner vos amis plus souvent ? Est-ce que vous ne pourriez pas travailler votre confiance en soi pour être fier de ce futur projet professionnel ?

À vous d’identifier les solutions de substitution qui vous correspondent le mieux et qui vous permettront de réaliser votre reconversion professionnelle.

4. Estimer son réel besoin financier

Cet exercice fait naître de vraies prises de conscience chez mes coachés. 

Quel est votre réel besoin financier ? Avez-vous réellement besoin de toucher exactement le même salaire ?

Listez toutes vos dépenses de ces 3 derniers mois, de combien avez-vous réellement besoin ? (N’oubliez pas d’y ajouter une moyenne de vos dépenses annuelles, telles que taxe d’habitation, impôts, etc..)

Bien souvent, on a besoin de beaucoup moins que ce qu’on imagine. 

Vous pouvez également travailler à réduire de nombreuses dépenses (acheter d’occasion, moins acheter, avoir son potager, changer de fournisseur, prendre le vélo…).

Pour aller plus loin, je vous invite à lire mon article : « Comment gérer financièrement sa transition ? » qui donne également de nombreux autres conseils.

5. Analyser les risques réels et prévoir des plans de back-up

Et maintenant, analysons les risques réels de votre reconversion. 

Quels sont les pires scénarios qui pourraient vous arriver ? 

Listez tout ce qui pourrait mal se passer. 

Ensuite, pour chaque risque, listez vos plans de back up. 

Exemple : vous savez que vous avez 2 années pour gagner Xeur de revenus, car après, vous n’aurez plus de chômage. Si vous voyez que ça ne décolle pas au bout de 18 mois, que pouvez-vous faire ? Quels sont vos plans de back up ?

L’idée ici est de prendre conscience que vous pouvez essayer de sortir de votre cage dorée et si ça ne marche pas, ce n’est pas si grave ! 

Vous aurez au moins essayé ! Et vous avez un plan de back up ! (A minima vous devriez toujours pouvoir retrouver un poste équivalent à celui que vous faites aujourd’hui)

Pas convaincu ? Je vous invite à visionner ce TedX de Tim Ferriss sur comment gérer ses peurs. 

6. Quel message aimeriez-vous faire passer à 80 ans ?

Une dernière astuce pour vous libérer du syndrome de la cage dorée : réfléchissez à quel message aimeriez-vous faire passer à vos petits enfants ou générations futures quand vous aurez 80 ans ? 

Est-ce travailler pour avoir un haut niveau de vie sans se poser de question ? On profite de la vie pendant ses weekends et ses 5 à 8 semaines de congés annuels.

Ou Est-ce : se donner les moyens de faire quelque chose qui nous plaît, quelque chose qui fait sens pour nous et les solutions pour en vivre viendront d’elles-mêmes ?

Alors, l’argent et le statut social est important à quel point ?

Quelle mission voulez-vous donner à votre vie ?

7. Se faire accompagner pour se libérer du syndrome de la cage dorée

Vous êtes arrivé au bout de l’article et vous avez réalisé ces exercices, mais vous êtes toujours bloqué par ce syndrome de la cage dorée ? 

Je ne peux que vous conseiller de vous faire accompagner par un coach. 

Le coach saura vous aider à lever vos blocages et faire le point sur ce qui est réellement important pour vous. 

Avec son accompagnement, vous entrerez efficacement en action pour réussir votre reconversion professionnelle.

J’espère que cet article vous aura éclairé sur ce syndrome de la cage dorée et qu’il vous aidera à sortir de cette cage. 

Enfin, je souhaite finir cet article en vous précisant que reconversion ne signifie pas toujours perdre en niveau de vie ! 

Cela dépendra de votre projet et de vos envies.

Le principal : votre épanouissement !

Et si vous souhaitez aller plus loin, je ne peux que vous inviter à lire cet article de ma collègue et amie Bérangère :  Peut-on se reconvertir sans perdre d’argent ? 

PS : N’hésitez pas à commenter vos éventuels blocages ou réactions.

Envie de recevoir chaque lundi conseils et inspirations pour reprendre en main votre vie professionnelle ?

Je m'inscris maintenant à la newsletter Rand'Ose

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.